Partager

Galerie en ruines

Hubert Robert (1733 – 1808)
1785, huile sur toile, 139 x 93 cm

Pourquoi est-ce un incontournable ?

Le genre de la ruine paysagère a fait toute la renommée du peintre Hubert Robert. Lors de la présentation de ce tableau, celui-ci est particulièrement remarqué pour sa perspective très étendue. 

A gauche en entrant
Salon de musique

L’Antiquité représente pour le peintre Hubert Robert un cadre familier. Il illustre ici l’intérieur d’une basilique romaine : ruines grandioses d’une basilique à la voûte ornée de caissons et à la colonnade corinthienne, qui sert d’étable à un troupeau. La lumière pénètre par le trou de la voûte effondrée et au premier plan, une zone d’ombre, colline de décombres au sommet de laquelle se détache une vache, accentue cet effet remarquable de perspective. Affectionnant tout particulièrement le thème de la galerie, il sublime ces vestiges en tirant parti des dégradations du temps et en les amplifiant. Avec sa touche légère et esquissée, il anime ces ruines d’une façon qui lui est très personnelle en intégrant des personnages s’appropriant très naturellement le lieu.

En détail

Un personnage en tunique romaine peut être aperçu au sein du groupe d’individus ayant investi la galerie : une fantaisie fréquente chez le peintre.

Le saviez-vous ?

Hubert Robert illustre ici la possibilité d’éclairer par le haut la grande galerie du Louvre dont on veut en cette fin de XVIIIe siècle faire un musée. L’accident de la voûte, d’où s’échappe un rayon lumineux, préfigure l’éclairage zénithal des musées à venir.