Partager

La Toilette et le Sommeil de Vénus

François Boucher (1703-1770)

1738, huile sur toile ovale, 96 x 143 cm

Pourquoi est-ce un incontournable ?

Ces deux tableaux ovales figurent l’un des sujets de prédilection du peintre : la représentation de Vénus. On peut y observer l’opposition entre deux Vénus : la Vénus séductrice et enchanteresse et la Vénus domestique, apportant toutes deux une conception différente de l’Amour.

Face à face
Salon des peintures

Conçus à l’origine pour être des dessus de porte, ces deux œuvres décoratives sont l’occasion pour l’artiste de montrer les formes sensuelles d’une jeune femme à la beauté épanouie. Il traite le nu avec une grande aisance et retranscrit avec prouesse les effets des bijoux et draperies. La pose de la déesse s’adapte parfaitement à l’ovale du cadre. Endormie dans Le Sommeil, l’Amour veille sur elle. Dans La Toilette, le regard de Vénus s’abaisse vers un paon tandis que Cupidon tente d’arracher ses rubans.

En détail

Dans Le sommeil, Vénus tient un collier de perles de sa main gauche. Cependant, elle était d’abord représentée armée de deux flèches que l’on distingue encore très bien sous la peinture. Il s’agit donc un repentir, c’est-à-dire une reprise de l’artiste, dont la mise en forme initiale ne l’avait pas satisfait.

Le saviez-vous ?

A gauche, dans La Toilette, émerge un miroir au cadre doré et chantourné. Il évoque le style « rocaille » cher au règne de Louis XV, marqué par la personnalité de Madame de Pompadour dont Boucher fut le protégé.